English

Accueil > Organisation > Présidence de l’OCTA > Présidences précédentes > Présidence 2014 de l’OCTA - Iles Vierges Britanniques

Présidence 2014 de l’OCTA - Iles Vierges Britanniques

1er décembre 2013

Président de l’ OCTA , Premier des des Îles Vierges britanniques, Dr. The Honourable D. Orlando Smith, OBE et le Président sortant de l’ OCTA, Stéphane Artano, Président du Conseil Territorial de Saint Pierre et Miquelon

1. La conférence ministérielle représente l’élément central du mandat de président de l’OCTA. Quelles étaient vos attentes générales par rapport à la conférence ministérielle 2013 et au forum ? Et ont-ils répondu à vos attentes ?

Mes attentes étaient que nous adoptions en tant qu’organe des mesures destinées à renforcer la capacité de l’OCTA à défendre les intérêts des PTOM au sein de l’Union européenne et parmi les régions ultrapériphériques de l’UE et les ACP. Cela était crucial à l’aube d’une nouvelle ère dans les relations PTOM-UE sous une décision d’association outre-mer révisée.

Nous avons atteint cet objectif par l’élargissement du mandat du président à la représentation de l’OCTA dans les discussions avec l’UE et d’autres partenaires et par l’introduction d’un Conseil des présidents afin de soutenir les efforts du président par le biais de la consultation et de la représentation collective.

2. Que devons-nous attendre de notre nouveau président de l’OCTA ? Quelles seront les priorités de votre mandat ? Sur quels éléments les Îles Vierges britanniques souhaitent-elles mettre l’accent ?

IJ’ai placé quatre domaines prioritaires pour ma présidence sous le thème « Mise en avant de la valeur des PTOM ». Il s’agit de la programmation, de la visibilité politique, du partenariat et de la participation. Ces domaines sont directement liés au programme de développement durable des PTOM dont l’innovation, la compétitivité et la croissance verte sont les principaux piliers.

La programmation est essentielle car elle représente le processus effectif par lequel nous procédons à la mise en œuvre de projets qui peuvent nous aider à réaliser la transformation de nos sociétés à laquelle nous aspirons. À cet égard, le projet Stratégies territoriales pour l’innovation se démarque en tant qu’exercice de programmation qui apportera aux PTOM une position stratégique afin de progresser dans plusieurs secteurs axés sur l’innovation. Je souhaite contribuer à garantir la réussite de sa mise en place.

IJ’ai également l’intention d’aider à stimuler le dialogue concernant la programmation dans le cadre du 11e FED. Il est extrêmement important que nous avancions rapidement afin d’identifier nos priorités territoriales et régionales et de proposer des projets en 2014 pour garantir leur mise en œuvre opportune et sans heurt au cours de la période 2014-2020.

La visibilité politique est essentielle à l’avancement du programme des PTOM dans l’UE. Nous demandons une plus grande visibilité politique dans le Parlement européen et la Commission européenne pour la défense adéquate de nos intérêts.

En tant que président, mon fer de lance sera l’établissement d’un groupe parlementaire PTOM au Parlement européen afin de mieux faire entendre les PTOM au sein de cet organe.

Dans le cadre de mon mandat, je me rendrai à Bruxelles pour rencontrer des hauts responsables de la Commission européenne et aborder avec eux des problématiques PTOM. Je travaillerai également avec l’OCTA afin de sensibiliser davantage des directions générales clés à nos besoins.

En ce qui concerne les partenariats, je suis d’avis que nous devons, en tant que PTOM, créer des partenariats stratégiques pour le développement durable. Outre l’UE, un partenariat avec les régions ultrapériphériques de l’UE et le groupe des États ACP serait d’une grande valeur dans les domaines où nous sommes confrontés à des défis similaires. Je vais prendre contact avec des dirigeants et responsables de ces deux groupes afin d’examiner les opportunités de coopération sur des problèmes communs, en particulier au niveau régional.

Du point de vue international, j’œuvrerai également à une relation plus étroite entre l’OCTA et le Partenariat insulaire mondial qui est un partenariat reconnu dans le cadre de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique. GLISPA offre un réseau très étendu et une plate-forme efficace pour la coopération entre les îles en matière de préservation de l’environnement au niveau mondial.

La participation des PTOM aux programmes horizontaux et non FED de l’UE est une question importante pour laquelle l’OCTA s’est battue et qui est désormais incorporée dans la nouvelle DAO. Je soutiendrai les efforts continus de l’OCTA afin de garantir l’accès mérité des PTOM à ces programmes. L’accès au programme LIFE est une priorité absolue.

3. Quel est votre avis sur la nouvelle structure de direction (Conseil des présidents de l’OCTA) ? L’introduction du conseil apporte-t-elle des améliorations à l’organisation ?

L’introduction du Conseil des présidents a représenté une avancée notable pour l’OCTA. Nous avions désespérément besoin d’un engagement politique accru de la part des PTOM face à l’UE au plus haut niveau. Le conseil conférera un poids plus important à notre dialogue avec l’UE et d’autres partenaires. Au sein de l’UE, le leadership politique est reconnu depuis longtemps et nous nous devions donc de franchir cette étape. Cela assurera aussi une certaine continuité à l’OCTA puisque le vice-président dispose d’un siège au conseil et fera fonction de président à la fin du mandat du président actuel.

4. Où en est le dialogue sur les politiques avec les représentants de haut niveau de l’UE (commissaire Piebalgs, députés européens) ?

La nouvelle DAO est maintenant entrée en vigueur et offre la base d’un dialogue renouvelé sur les politiques dans l’esprit d’un partenariat plus équilibré. La décision elle-même était en partie le produit d’un dialogue entre les PTOM, l’UE et les États membres. Je me réjouis de reprendre ce dialogue dans notre nouveau cadre, ce que je ferai lors de ma visite à Bruxelles durant la première moitié de l’année. Sous ma présidence, ce processus verra son point d’orgue avec le 13e forum PTOM-UE aux Îles Vierges britanniques fin 2014.