English

Accueil > Priorités > Environnement et Changement Climatique > Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon en visite au Groenland : la fonte (...)

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon en visite au Groenland : la fonte des glaces révèle des richesses mais est également à l’origine d’une inquiétude croissante

4 mai 2014

Le changement climatique : un sujet qui rassemble les dirigeants du monde entier autour d’une même cause. Son impact se fait de plus en plus ressentir alors que des inondations et des tempêtes modifient notre perception de la nature. Pour le Groenland, il a engendré un regain d’intérêt international, tant d’un point de vue scientifique qu’industriel. La fonte de glaces a en effet accru l’accessibilité des ressources minérales du pays. Toutefois, les intérêts industriels et le programme mondial de lutte contre le changement climatique ne tiennent pas compte de l’impact ressenti par les Inuits qui vivent depuis 5 000 ans dans cette rude nature. Les changements ressentis au niveau mondial le sont, en effet, également au niveau local.

En préparation du sommet des Nations unies (ONU) sur le changement climatique de septembre à New York, où la Première ministre Aleqa Hammond a été invitée à prendre la parole, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est rendu au Groenland afin de se faire une idée plus précise des changements dans l’Arctique. Sur place, il a pu constater que l’élévation du niveau de la mer et la fonte des glaces se fait directement ressentir. Selon les estimations, la fonte des glaces contribue pour un tiers à l’élévation du niveau de la mer et l’existence des chasseurs et pêcheurs locaux connaît des bouleversements constants. Il semble que les Groenlandais vont une fois de plus devoir démontrer leurs capacités de résistance face à la nature, alors que les changements de saison sont de plus en plus marqués.

Pour les Groenlandais, le paysage glaciaire ne représente pas une entrave, mais, au contraire, une importante ressource. La glace se transforme en moyen de transport durant l’hiver, ainsi qu’en terrain de chasse et de pêche. Au cours de ces dernières années, la saison des glaces de mer épaisses s’est raccourcie de deux mois et, en 2012, la glace de mer entourant le Groenland a atteint son niveau le plus bas, avec un chiffre étonnant de 93 % de l’océan sans glace en septembre. La une du journal groenlandais sermitsiaq.ag rapporte la réaction de Ban Ki-moon concernant ses visites à Ilulissat et Uummannaq : « Ce que je vois et entends me préoccupe grandement. »