English

Accueil > Les PTOM > Pacifique > Nouvelle-Calédonie > Présentation de la Nouvelle-Calédonie

Présentation de la Nouvelle-Calédonie

Etat membre : France
Superficie (km2) : 18 576
(ZEE = 1.4 million km²)
Population : 245 580
(recensement 2009)
Densité (/km2) : 13.2
Capitale : Nouméa

Localisation

Archipel situé dans le Pacifique Sud, au nord du tropique du Capricorne, à 1 500 km à l’Est de l’Australie et 1 800 km au Nord de la Nouvelle-Zélande.

Topographie

L’archipel de la Nouvelle-Calédonie se compose principalement de la Grande-Terre (16 374 km²) orientée selon un axe nord-ouest/sud-est ; l’île des pins (150 km²) au Sud ; l’archipel des Belep (70 km²) au Nord-Ouest et les îles Loyauté (Lifou, Maré, Ouvéa et Tiga) couvrant 1981 km à l’est. La Grande-Terre est caractérisée par une chaine centrale qui culmine à 1629 mètres d’altitude avec des sommets arrondis aux versants abrupts, qui sépare deux côtes asymétriques, le versant Est étant plus abrupt. Les îles Loyauté, au relief bas et plat, sont d’anciens atolls coralliens inégalement soulevés.

Climat

Tropical avec une période chaude et humide (de novembre à mars) et une période fraîche (de juin à août). Le climat est modéré par un flux d’alizé. Les températures annuelles varient en moyenne de 22 à 25°C. L’humidité en comprise entre 73% et 81%.

Activités économiques

Les activités économiques principales sont l’activité minière et métallurgique de nickel (avec deux usines de transformation métallurgique de dimension internationale en construction et une en activité), les services, le tourisme, la pêche et l’aquaculture de crevettes et également une industrie locale notamment agro-alimentaire.

Statut politique et administratif

La Nouvelle-Calédonie bénéficie d’un statut particulier “sui generis” défini par le Titre XIII de la Constitution française (“dispositions transitoires relatives à la Nouvelle-Calédonie”) qui la dote d’une organisation adaptée à son identité propre constituant un modèle original, inventé pour définir un partage de souveraineté avec la France. L’organisation de la Nouvelle-Calédonie découle de la Loi organique n°99-209 du 19 mars 1999, qui résulte de l’Accord de Nouméa. Ses ressortissants sont citoyens français.

Universités/spécialités

La Nouvelle-Calédonie accueille l’Université de la Nouvelle-Calédonie qui compte 3 départements : “Droit, Economie et Gestion”, “Sciences et techniques”, “Lettres, Langues et Sciences Humaines”. Il existe aussi une Ecole de Gestion et de Commerce avec dejà 352 diplômés. En outre, de nombreux instituts de recherche tels que l’IRD, l’IFREMER, l’Institut Pasteur, l’IAC sont actifs dans des domaines aussi divers que l’environnement, le changement climatique et aléas naturels, la santé, l’agriculture, les géosciences marines, etc.
[*La Nouvelle-Calédonie*] héberge par ailleurs le bureau des PTOM placé sous l’autorité de la délégation de la Commission européenne à Fidji et le siège de la CPS, organisation internationale de 26 membres avec près de [**200 collaborateurs basés à Noumea*].

Focus

[(Terre de contraste, la Nouvelle-Calédonie cherche à concilier l’exploitation de ses ressources minières et la protection de sa biodiversité exceptionnelle. Dans cette optique de développement durable, le "schéma de mise en valeur des richesses minières", adopté le 18 mars 2009, instaure des outils pour garantir le respect de l’environnement : le Centre national de recherche et de technologie (CNRT) sur le nickel, une Charte des bonnes pratiques minières, et le Code minier. Le schéma formule aussi des propositions visant spécifiquement la réhabilitation des zones dégradées. En lien avec les codes de l’environnement provinciaux (2009 en Province nord et 2010 en Province sud), il est aussi proposé de poursuivre le développement d’un réseau d’aires protégées, et d’imposer "de bonnes pratiques d’exploitation" dans les zones minières situées à proximité des sites récifaux. En effet, une attention particulière est portée au lagon néo-calédonien dont une grande partie a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2008. )]

Ainsi, la Nouvelle-Calédonie est désormais doté d’outils pour une insertion harmonieuse et durable des activités minières dans un contexte naturel unique afin d’assurer le bienêtre des générations futures. La problématique environnementale est d’autant plus importante dans le Pacifique que les Etats insulaires sont très vulnérables aux changements climatiques et doivent relever de nombreux défis, notamment en matière de maîtrise de l’énergie et de prévention des risques de catastrophes.

Echappées belles - Les îles de la Nouvelle Calédonie.avi
TRÈS JOLIE DOCUMENTAIRE SUR LE CAILLOU AVEC "ÉCHAPPÉES BELLES"