English

Accueil > Les PTOM > Caraïbes > Saint-Barthélemy > Présentation de Saint-Barthélemy

Présentation de Saint-Barthélemy

Etat membre : France
Superficie (km2) : 21 (25 km2 îlets compris)
Population : 8,800 (au 1er janvier 2011)
Densité (/km2) : 410 h/km2
Capitale : Gustavia

Localisation

Située à la charnière des Grandes et des Petites Antilles, à 230 km au nord-ouest de la Guadeloupe, à 25 km au sud-est de Saint-Martin et à 6750 km de Paris.

Superficie et Topographie

C’est une terre aride de 21 km² (25km² avec les îlets), hérissée de collines sèches d’origine volcanique, qui accueille une végétation rare et essentiellement épineuse. Les côtes sont découpées et creusées d’anses bordées de sable fin.

Climat

Le climat de l’île de Saint-Barthélemy est de type tropical maritime. Deux saisons se distinguent : une saison sèche appelée carême de décembre à mai et une saison pluvieuse appelée hivernage de juillet à octobre.
Si l’ensoleillement reste important toute l’année, les précipitations demeurent un élément très variable du climat. Elles sont toutefois plus présentes durant la période cyclonique, laquelle s’installe en période d’hivernage. C’est durant cette saison que les masses nuageuses se dirigeant vers l’est peuvent se développer et devenir des dépressions tropicales, des tempêtes ou des cyclones.

Activités économiques

Compte tenu de ses caractéristiques physiques, configuration rocheuse, absence de rivière et faible pluviométrie, le développement de Saint-Barthélemy s’est fondé sur le tourisme. Sa structure économique s’est ainsi orientée vers les activités satellites au secteur du tourisme, les services marchands non financiers, le commerce et le BTP.
Le PIB (Produit Intérieur Brut) par habitant est évalué à 29.000 € et le taux de chômage est évalué à 4% de la population active (sources : IEDOM, rapport 2011).

Statut politique et administratif

Pays d’outre-mer au sein de la République, Saint-Barthélemy constitue une Collectivité d’Outre-mer dont l’autonomie est régie par l’article 74 de la Constitution française. Ses ressortissants sont des citoyens Français.
Entre 1947 et 2007, Saint-Barthélemy a été rattachée administrativement à la Guadeloupe, en tant que commune de ce département. Le 7 décembre 2003, les électeurs de Saint Barthélemy se sont prononcés massivement en faveur du statut de Collectivité d’Outremer.
La Loi organique n°2007-223 du 21 février 2007 portant dispositions statutaires et institutionnelles relatives à l’Outre-Mer, ayant érigé la commune de Saint-Barthélemy en Collectivité d’Outre-Mer, la nouvelle COM de Saint-Barthélemy a été officiellement mise en place à l’occasion de la première réunion de son Conseil Territorial, nouvel organe délibérant composé de 19 membres élus pour cinq ans, le 15 juillet 2007.
Le Président du Conseil Territorial est l’organe exécutif de la Collectivité d’Outre-Mer, à ce titre il la représente auprès des tiers, prépare et exécute les délibérations du Conseil Territorial et du Conseil Exécutif, et préside le Conseil Exécutif.

Education / Formation

Saint-Barthélemy compte cinq établissements scolaires : quatre du premier degré (deux écoles publiques et deux privées) et un collège. La construction d’une nouvelle école primaire scolaire est prochainement envisagée en dehors de la commune de Gustavia.
Il n’existe pas de lycée ni d’établissement d’enseignement supérieur sur l’île. Toutefois, depuis 2008, le collège Mireille Choisy a ouvert une classe de seconde générale, qui propose aux élèves les options les plus courantes. Cette expérience devrait être reconduite.
Par ailleurs, la Collectivité a mis en place des subventions et des aides spécifiques en faveur des familles rencontrant des difficultés à financer la poursuite de la scolarisation de leurs enfants hors de l’île.

Focus

Faire de Saint-Barthélemy un pôle d’excellence de l’Union Européenne au sein de l’arc Caribéen, dans le cadre de son évolution en PTOM au 1er janvier 2012

En choisissant d’évoluer en PTOM, le souhait des élus de Saint-Barthélemy n’était pas de s’éloigner de l’Europe, mais d’être en cohérence avec l’autonomie dont la Collectivité dispose déjà en matière de droit national et de pouvoir adapter ainsi localement le droit européen uniquement dans le strict cadre des domaines de compétences qui lui ont été transférés par la Loi organique du 21 février 2007.

Ainsi, nous avions manifesté le souhait d’inscrire l’évolution de Saint-Barthélemy en PTOM dans le cadre du projet visant à faire de ces derniers des "pôles d’excellence", qui pourraient ainsi devenir de véritables têtes de pont de l’Union européenne dans leur région, comme le propose le Livre Vert sur les futures relations PTOM-UE. C’est ce que nous allons entreprendre à l’échelle de la zone Caraïbe, car les PTOM étant voisins d’Etats ACP, nous pourrions partager utilement nos expériences.

Dans cet esprit, nous avons également vocation en tant que PTOM à contribuer activement à la promotion des valeurs "européennes" dans notre espace géographique et au renforcement de la coopération régionale, qui a déjà été entamé avec la décision du Conseil des Ministres de l’Association des Etats de la Caraïbe du 28 janvier 2011 de mentionner désormais expressément Saint-Barthélemy et Saint-Martin comme territoires au titre desquels la France siège au sein de l’AEC et avec la récente signature d’une convention entre la Collectivité et l’Agence Française de Développement.

Par ailleurs, forts du constat que les PTOM revêtent une importance stratégique en tant que "poste avancé" de l’Union Européenne dans des régions plus ou moins éloignés et répartis partout dans le monde, nous pourrions également créer des "centre d’expérience et d’expertise" à travers par exemple la mise en oeuvre et la promotion de normes de qualité élevé dans le domaine environnementale, de la bonne gouvernance, de l’innovation et du développement durable.